JGLOBAL_ARTICLES

Une conversion est-elle possible pour une personne tatouée ?

mardi 5 juillet 2005, par le rabbin Pauline Bebe

Il est vrai que le tatouage est en principe interdit dans la tradition juive (ketoveth ka’aka Lévitique 19:28 puis Michna Makoth 3:6).

L’interdiction est cependant comprise comme une mesure préventive pour éloigner les Hébreux d’un rituel payen.

Maïmonide y fait référence comme une inscription des idolâtres qui se rendent esclaves de faux dieux (MT, Avodath kokhavim 12 : 11). Maïmonide parle aussi de l’interdiction de Havala (Deut. 25 :3) "dommage physique inutile" qui nous enseigne que nous ne possédons pas notre corps, que nous devons le respecter et que nous sommes responsables de ce que nous lui faisons subir.

Mais la question que vous posez concerne la conversion d’une personne tatouée. Dans la mesure où nous ne devons pas rappeler à un converti ses erreurs passées, et si le converti en question, affirme devant un Beith din qu’il a abandonné toute pratique idolâtre éventuelle, alors il n’y a pas de raison de l’exclure pour raison de tatouage.